Prendre racine

L’expression prendre racine inspire une forme de passivité et d’oisiveté. C’est très injuste quand on considère les difficultés innombrables auxquelles les légumes comestibles, comme le maraîcher, sont confrontés pour  aboutir à une production raisonnable à partir de quelques graines.

La nature du sol, la météo, la micro ou macro faune ont vite fait de vous rappeler que tout ne pousse pas sans peine et que pour un panier récolté, il faut en planter deux (chiffre au doigt mouillé).

Vers taupins dans les racines des salades et des aubergines

Visite des limaces sur les choux raves (malgré les granules d’oxyde de fer)

Dégustation de chou blanc (pas complètement heureusement. Un indice a été laissé par le coupable.

Fouinage et dégradation des bâches biodégradables durant la nuit par un animal au groin robuste.

Dur dur de sans cesse remettre l’ouvrage sur le métier et adieux jours de repos.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *