Demande d’autorisation d’exploiter postée…

En France, l’État contrôle qui va cultiver les terres. Au pire, un propriétaire de parcelles agricoles peut ne pas avoir le droit de cultiver ses propres terres. Ce mécanisme doit permettre de réguler les installations et, on l’espère, laisser la place à de nouveaux installés face à ceux qui souhaitent s’agrandir démesurément pour bénéficier d’aides agricoles européennes et de droits supplémentaires d’épandage.

La préfecture publie les projets d’installation (dont le mien) et permet durant 2 mois à d’autres prétendant/e/s de se faire connaître. En cas de besoin de départage, une commission tranche selon des priorités définies par un arrêté régional.

Je croise les doigts… Réponse dans deux mois.

 

BPREA en poche

Ça y est ! Les derniers examens pour obtenir le diplôme d’agriculteur viennent de s’achever. Moyennant la validation formelle d’un comité national d’ici quelques semaines, le sésame est dans la poche.

La formation théorique à distance via le centre de formation de Combourg (35) couplée à près de 6 mois de stage ont été une bonne formule pour quelqu’un qui ne vient pas du monde agricole.

Étapes suivantes :

  • préparer le bail agricole
  • obtenir l’autorisation d’exploiter de la préfecture
  • obtenir l’autorisation d’installation des serres auprès de la mairie
  • créer l’entreprise via le centre de formation des entreprises
  • se déclarer à l’agence bio
  • monter les serres
  • installer le réseau d’irrigation
  • adapter le hangar
  • acheter les outils et entamer la production
  • finaliser le circuit de vente directe