Canicule et manque d’eau

Comme partout en France en cet été 2022, les conditions météorologiques estivales ne sont pas propices à une bonne saison.

Les journées à 35 ou 40°C (50°C dans les serres) se succèdent. Après un hiver peu pluvieux et un printemps sec, cet épisode caniculaire est de nature à limiter les rendements.

Les courges sont petites et en faible nombre. Pas encore de certitude pour les pommes de terre. La sécheresse a aussi des conséquences indirectes : les mulots et taupes déstabilisent les jeunes plants, précisément là où l’irrigation apporte ponctuellement un peu de fraicheur et d’humidité. Les poireaux et betteraves sont largement impactés, ce qui entraîne des replantations chronophages.

Un point positif : pas de mildiou cette année !

Grace à un soutien important des amapiens (surtout des amapiennes d’ailleurs !), les oignons et échalotes sont récoltés. Et avec des calibres corrects. Merci pour cette aide précieuse.

Côté réserve d’eau et irrigation, cette fois, c’est le fond de la cuve ! Les puits ne donnent plus assez alors que le besoin estimé est de 2 ou 3 m3 par jour. Sans plan B, c’est la catastrophe annoncée. Merci donc à mes voisins agriculteurs, Mathilde et Paul, qui ont accepté de me fournir de l’eau issue de leur forage via 350m de tuyau temporaire. Cette solution ponctuelle me permettra je l’espère de finir l’été sans trop de difficulté.

Une nouvelle fois, les signes du réchauffement climatique provoqué par les activités humaines nous appellent à la réflexion sur la décroissance de nos besoins et à l’adaptation de nos modes de vie, de consommation et d’aménagements urbains.

Je cultive avec peu d’eau mais il m’en faut un minimum. La gestion locale des eaux de pluie est essentielle, à Lancieux comme ailleurs. Il y a seulement un an et demi, durant l’hiver 2020, à quelques mètres de la ferme, la mairie a fait installer de gros tuyaux pour évacuer l’eau de pluie d’hiver en excès vers la mer.  Cette eau n’ira plus vers le sous-sol et les nappes phréatiques qui alimentent les forages, forages qui alimentent les légumes dont nous avons besoin…

 

Une réflexion sur « Canicule et manque d’eau »

  1. Courage et persévérance ! Et aussi une gestion raisonnée des eaux de pluie de façon à ce qu’elles alimentent les nappes phréatiques et non pas la mer …
    Merci pour tous ces bons légumes V. Gazeilles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.