Pas de distribution mais ce ne sont pas les vacances

Pas de distribution durant ce mois d’avril. C’est la fin des stocks pour les légumes de conservation et, dans le même temps, il faut s’activer pour lancer les cultures à présent que les sols détrempés et les matinées gelées s’éloignent. Contrairement à ce que certains imaginent, ce n’est pas une période de vacances !

En serre, repiquage des tomates, aubergines, poivrons. Arrivée prochaine des pois gourmands, oignons blancs, courgettes, navets et carottes bottes, pommes de terre nouvelles, salades, radis et choux rave.

courgettes et oignons blancs
Serre au printemps

En plein champ, les fèves ont résisté aux inondations d’automne, neige et vent.. Début des semis de pommes de terre.

Les oignons, ails et échalotes sont en place. Enfin, presque, car largement remués par des dizaines de galeries de mulots comme l’an passé… Je n’ai hélas trouvé aucune bonne solution pour réduire ces nuisances.

Bilan de fin de saison 2020-2021

C’est bientôt la fin des légumes de conservation et des distributions.

L’assemblée générale de l’AMAP, en visio-conférence pour cause de covid, fut l’occasion de dresser un petit bilan de l’année agricole (de mai 2020 à mars 2021).

Globalement, une bonne saison avec 42 paniers. Bon rendement en production (pommes de terre, oignons, courges, tomates, poireaux, mâche etc.).

Quelques difficultés tout de même… Je passe sur les pertes liées aux mulots qui sont les principaux ravageurs. Un problème sans solution efficace mais au moins bien identifié !

Beaucoup de perte de courges malgré la nouvelle petite salle et le déshumidificateur. Je pense isoler la face interne du mur extérieur de la salle qui capte le froid et l’humidité. De surcroît, au delà d’un petit mouvement d’air intérieur, je pense utile de créer périodiquement un renouvellement de l’air et éviter une concentration de spores.

Beaucoup de courges sont parties au compost…

Autre problème non résolu : des épinards qui jaunissent et meurent. Ce n’est pas une asphyxie liée à un excès d’eau ni une attaque d’acariens. Je penche pour un virus dans le sol qui passe par les racines mais difficile d’en être certain. En tout cas, une troisième variété théoriquement plus résistante est touchée aussi.

Quelques difficultés de conservation des carottes et des navets dans un sable trop humide (achat de sacs de sable stockés sous la pluie à l’extérieur du magasin de matériaux).

Heureusement, j’avais sur-dimensionné les plantations pour palier ces éventuelles pertes. Les paniers furent bien remplis. Revers de la médaille, l’été fut rude en temps de travail, week end compris, malgré quelques coups de main d’amapien/ne/s.

Seul impact concret du covid, la préparation des paniers fut réalisée presque toute l’année à la ferme.
Une quinzaine de paniers a été donnée aux bénéficiaires du CCAS de Lancieux et quelques cagettes de courgettes, radis noirs, oignons à l’épicerie solidaire de Ploubalay. J’ai également vendu des oignons à la coop bio de Dinard

C’est parti pour la saison 4 !

Rempotage des tomates « black prince »

L’eau puis la neige

L’occasion est rare de se promener à Lancieux sous la neige. Environ 10cm ces derniers jours accompagné de températures nocturnes jusqu’à -8°C.

 

Après une grosse période pluvieuse apportant de l’eau jusqu’à l’intérieur des serres (et interdisant l’installation des pommes de terre primeur à cet endroit), c’est la neige et le froid.

 

Quelques inquiétudes pour les derniers choux et les fèves protégées initialement par un voile thermique que j’ai vite retiré pour que, sous le poids de la neige, il n’écrase pas les fragiles tiges.

Inquiétude aussi pour les films des serres, soumis à la pression de quelques congères.

Loin de ces préoccupations, bien au chaud dans le salon, les graines d’aubergines et de tomates semées en terrine.

Récoltes avant les gelées

 Avant les gelées à venir, je récolte les carottes et betteraves. Les mouches mineuses de la carotte sont moins présentes cette année (voilage plus efficace) ce qui est une bonne nouvelle. Pour autant, les mulots sont toujours là et apprécient beaucoup ces légumes tendres et sucrés.

Palox maison pour le stockage des carottes
Mulot gourmand

Le rendement moyen semble tout de même bon à ce stade de la récolte. Le stockage est réalisé dans du sable et dans des palox maison.

Quelques beaux choux Romanesco. Moins bien pour les choux fleurs.

Problème sur les épinards… Je pensais à une attaque d’acariens mais les racines brunâtres laissent aussi envisager un champignon tellurique genre fusarium. Pas de certitude. J’ai relancé une série pour compenser les pertes et tente quelques pulvérisations de bicarbonate de sodium.

Récolte des courges

Environ 1300 kg de courges cette année sur 12 planches sur bâches tissées et quelques autres sur foin avec un rendement moindre (chénopodes, liserons et chardons n’ont pas vu le panneau « interdit aux herbes concurrentes »).

Récolte sous la pluie entre rosée du matin et petites averses. Pas facile d’appliquer les consignes théoriques de séchage un ou deux jours au champ avant entreposage.
D’où un passage quelques jours dans une des serres avant stockage dans une petite pièce récemment construite à cet effet.

Je vais également acheter un déshumidificateur pour tenter d’être environ à 70% d’hygrométrie et 12°C.

L’an passé, pour cause de condensation trop forte dans le hangar et de pourrissement des fruits, j’avais dû déménager une soixantaine de cagettes de courges dans la chambre d’amis de la maison ! Une déco originale mais une température trop élevée.

A suivre …

ouf !

Fin de la période d’été qui, malgré quelques précieux coups de main d’amapiens motivés, fut assez épuisante.
Les jours qui raccourcissent annoncent une période plus calme (passage de 60h à 40h/sem environ).
Les pommes de terre et oignons sont rentrés, près d’une tonne et demie pour les premières, environ une tonne pour les seconds.

Récolte des pommes de terre

Il n’y a pas eu de grosse catastrophe cette année. Pas de ravage de tuta-absoluta dans les tomates (quelques traces tout de même), pas de sécheresse insupportable contrairement à d’autres régions françaises.

 

Maïs doux sur bâche 4 rangs tous les 25cm

Les mulots se sont tout de même bien régalés, comme les tenthrèdes sur quelques choux.

A suivre, récolte des betteraves, carottes et autres légumes racines. Les poireaux désherbés et butés déjà deux fois devraient mieux se tenir que l’an dernier.

Été 2020

Sec et fatiguant !

Comme l’an dernier, la période chaude est là. Ce n’est pas le sud de la France mais il faut être très vigilant sur l’arrosage, tant en plein champ que dans les serres.

Cornue des Andes

Avec plus de 35°C dans les tunnels de façon prolongée, les légumes ont trop chaud. Tomates cuites sur place, bouquets de fleurs avortées, pas idéal… J’avais mal anticipé ces surchauffes d’été et malgré une pulvérisation de blanc de Meudon sur les serres, malgré une ouverture partielle du bas des lisses basses et les pigonons grand ouvert, cela ne suffit pas à évacuer la chaleur. Si j’ai le temps cet hiver, je tenterai de rempnter les lisses basses à 60cm pour que le film reste bien tendu tout en permettant, en été, de relever la partie basse du film sur 30m de long.

Je fais le choix d’arroser un peu les pommes de terre et les courges pour ne pas avoir des calibres trop ridicules. Pour le moment, les puits fournissent encore…

Problème avec les betterave cette année. J’avais anticipé la préparation du sol au moment des carottes mais la pluie de juin a ré-enherbé les planches et j’ai dû refaire le travail. Après ce retard, une mauvaise levée pour des raisons incertaines (semences trop anciennes ?) m’a contraint à ressemer. Bilan, gros retard… A suivre…

Récolte des échalotes, ail (un peu petit), oignons, désherbage des carottes et des poireaux avec l’aide de quelques amapiens/ne/s. Les journées sont longues et assez épuisantes mais les paniers sont bien remplies pour le moment.

Laitues dans les trous des maïs non levés pour les mettre à l’ombre. Mauvaise idée finalement, les salades s’étirent et cherchent la lumière.

Des nouvelles de la ferme

Il pleut il mouille… C’est la fête à la grenouille mais les plantations d’ail, elles, ne se sont pas à la fête. Avec près de 80 litres/m2 de pluie en quelques jours, le sol qui avait besoin d’eau s’en trouve gorgé et les racines ne respirent plus. Je suis inquiet pour la suite.

Coté pommes de terre primeur en serre, la récolte est bonne mais j’aurais dû tout récolter le mois dernier car les vers taupins et les mulots apprécient fort ces tubercules (variété rubis). Pas mal de perte…

Les paniers sont bien remplis en ce moment et c’est l’essentiel (démarrage des tomates en petite quantité).

En plus d’une période pluvieuse excessive, les pucerons commencent à prendre place sur les cultures de courgettes et concombres en serre. L’implantation préventive de chrysopes censée réduire les populations de pucerons est actuellement inefficace.

Les courges sont en place, en partie sur bâche synthétique, en partie sur foin (comparaison à suivre).

A suivre préparation et semis des carottes plein champs , désherbage des oignons.

Première distribution de la saison 2020-2021

Pour le moment, tout va bien ! Le confinement ne brise pas le moral des légumes qui poussent sans trop de problème. Et le maraîcher tâtonne sans doute un peu moins !

Compte tenu d’une météo clémente, j’ai réalisé quelques distributions anticipées en avril, mois théoriquement sans livraison et réservé à la préparation de la saison à venir.

Cette semaine, c’est reparti officiellement ; au menu : pois gourmands, pommes de terre primeures, laitue, aillet, chou rave et courgette.

Comme les pommes de terre d’été, les oignons de conservation sont en place et malgré les campagnols toujours très présents, ça semble bien parti. Un tiers d’oignons doux rouges et rosés d’Armorique à partir de graines, le reste en jaunes à partir de bulbilles.

A suivre, courgettes de plein champ puis courges, pommes de terre de garde et carottes d’hiver. La série carotte d’été est lancée mais, mal désherbée faute de temps, le résultat est incertain…

Les tomates, concombres, aubergines et poivrons semblent en forme. Nouveauté cette année, les piments doux et, coté prévention des problèmes, des pièges à phéromones contre la tuta absoluta, ravageur de la tomate qui sévit en Bretagne. A suivre …